La décision est prise, la phase dédiée au cogitage (j’y vais ? j’y vais pas ?) est – en partie – derrière soi mais voilà… à présent, par où commencer ?

J’avoue que je n’en suis pas à ma première longue escapade, mais l’Australie, c’est encore un autre délire ! D’abord la distance : 21h de vol ! Et encore, avec ma sœur nous avons choisi la solution la plus confortable : Vol affrété par Emirates, à bord d’un A380 avec seulement une escale à Dubaï, that’s it ! Donc premier frein : la réalisation que nous allons passer les prochains mois de l’autre côté de la planète. Heure locale sur place ? Ajoutez 7h !

Deuxième point, qui n’est pas un détail pour moi : la faune multiple qui peuple ce pays-continent. De l’insecte (type mini araignée pas très aimable) au plus gros mammifère (type baleine à bosse – cependant plus sympathique) tout y est ! Sans parler des espèces endémiques (qui par définition existent qu’ici ! Youpi !)

Les raisons d’y aller sont également nombreuses : La découverte d’une terre lointaine encore assez étrangère à nos yeux. Un pays où les distances sont multipliées et plutôt équivalentes à notre échelle européenne et non hexagonale. Une culture et une langue bien différentes de la nôtre. Un voyage qui s’annonce donc enrichissant.

Côté pratique :

Les choses à ne pas oublier dans sa valise

  • Passeport international valide sur toute la durée du séjour
  • Billet d’avion
  • Visa (dans notre cas Visa Vacances Travail, qui s’obtient en ligne. Les conditions d’obtention sont simples et le formulaire se remplit également aisément)
  • Permis international (comptez au moins 9 semaines ; il faut faire la demande en ligne le plus tôt possible)
  • Assurance voyage
  • Crème solaire la plus puissante du marché (le trou dans la couche d’ozone : c’est ici !)
  • Des photos et autres objets pour personnaliser votre chambre et retrouver un petit chez soi aux visages familiers
  • Un carnet de voyage pour TOUT marquer
  • Un guide
  • Chargeurs et adaptateur pour prises australiennes (même que celles pour la Grande Bretagne)
  • CV et lettre de motivation au format australien (donc plus détaillé, en anglais of course et idéalement relu par un natif)
  • Des médicaments de toutes sortes
  • De l’argent changé en dollar australiens – j’ai d’ailleurs découvert qu’il existait des comparateurs en ligne qui permettent de se rendre dans le bureau au meilleur taux et à moindre frais).

Le site des pvtistes synthétise bien les démarches à faire avant le départ et durant les premiers jours sur place. En résumé : avoir assez d’argent de côté pour les premiers jours, obtenir un Tax File Number pour pouvoir travailler, prendre une assurance, ouvrir un compte en banque…

Les choses à NE PAS ramener

Soyez vigilent avant de débarquer sur le sol australien ; les autorités ne plaisantent pas et ont des règles très strictes quant aux objets interdits. Une amie a failli payer le prix fort pour avoir ramené une pomme… la raison : ils tiennent à préserver la diversité de leur faune et de leur flore et sont vigilants quant aux potentiels virus en provenance d’ailleurs. Après tout, ils n’ont pas tort. Oubliez donc le foie gras, le bleue d’Auvergne et la saucisse de Morteau.

Prêts pour le grand départ ?

Share: